Mandala

La concentration ouverte

Aujourd’hui nous allons franchir une étape dans notre pratique.

Jusqu’à présent, nous ne nous sommes concentré que sur une seule chose. Nous allons apprendre à ouvrir cette concentration pour maintenir plusieurs objets.

Concentré sur plusieurs objets ? Impossible !

Ce concept peut choquer certains d’entre-vous à juste titre, la concentration est normalement la capacité de focaliser toute notre attention sur un seul objet.

L’esprit est ainsi fait qu’il est vrai qu’il ne peut se diriger que sur un seul objet à la fois.

Pourtant, lorsque vous goûtez un plat par exemple, plusieurs sens sont utilisés simultanément. Le goût bien sûr, mais le sens du goût est assez rudimentaire puisqu’il ne peut distinguer que quatre à six saveurs selon les cultures*.

En fait, le vrai sens du goût qui nous met en émoi, est le sens de l’odorat qui est actif en même temps que l’on déguste une bouchée d’aliment.

Et à cela, il faut ajouter le sens du toucher qui, dans notre bouche, va apprécier la texture de ce que l’on goûte.

En ce concentrant parfaitement sur le vin qu’il a en bouche, l’œnologue va pouvoir le gouter avec une telle précision qu’il pourra en indiquer le cépage, la provenance et l’année.
Pourtant, cette concentration sur cette simple gorgée fait intervenir plusieurs sens.

dégustation vin

Comment voit-on un visage ?

De même, concentrez-vous sur l’image mentale d’un visage… Votre esprit se focalise sur ce visage, mais un visage, c’est un assemblage de plusieurs choses : des yeux, une bouche un nez, une expression etc..

da Vinci - étude visage

Dans ce cas, peut-on vraiment se concentrer sur un visage, ou bien se concentre-t-on sur une succession d’éléments ?

La réponse n’est pas simple.

En fait si on se concentre parfaitement sur un visage, on en voit les yeux, la bouche, l’expression, on reconnait ce visage et l’on est bien concentré que sur un seul objet.

Si on se concentre sur les éléments d’un visage en passant en revue les yeux, la bouche, l’expression etc.. on ne se concentre pas sur un visage mais sur une suite d’éléments.

Notre esprit saute d’un élément à l’autre nous donnant une impression de continuité là où il s’agit d’une succession d’attentions différentes.

Ainsi, selon la focalisation de l’attention, on a un seul objet ou plusieurs.

Et la méditation ?

La pratique régulière de la méditation va nous permettre de mieux comprendre les « mouvements » de notre esprit et nous permettra de savoir de quel type d’attention nous usons lorsque notre esprit est concentré sur un objet.

Le but de cette nouvelle étape est d’être capable d’ouvrir notre concentration, c’est à dire que nous allons nous concentrer sur un objet plus vaste, composé d’objets différents.

Soit en utilisant un même sens mental, comme la vue dans l’exemple du visage, soit en nous servant de sens différents, comme le “goût composé”, dans l’exemple du vin ou de la nourriture.

Pour cela, nous allons repartir des deux concentrations assises que nous connaissons : la respiration et la visualisation de notre bougie.

Un indicateur toujours présent

En ouvrant le champ de notre concentration, nous allons pouvoir nous concentrer sur notre respiration, tout en maintenant l’image mentale de la bougie.

Ceci ne peut être réalisé correctement que si vous avez réussi les deux types de méditation que nous avons déjà vu, la respiration et la flamme.

Commencez comme d’habitude, en effectuant les pratiques préparatoires à la méditation.

À ce stade, vous n’avez plus besoin d’avoir une vraie bougie, seule l’image mentale doit être utilisée.

Soyez droit, stable et parfaitement détendu. Votre respiration est calme et profonde.

Commencez cette fois-ci directement par évoquer la bougie. Sa flamme est grande, droite, claire et vous contrôlez maintenant parfaitement son aspect et parallèlement, vous contrôlez votre concentration dont la qualité est reflétée par la flamme.

Vous allez prendre une première inspiration en visualisant toujours la flamme mais en portant votre attention sur votre inspiration. Vous sentez l’air emplir vos poumons mais vous gardez l’image mentale de la flamme.

Si vous avez bien pratiqué jusqu’à présent, vous allez pouvoir réaliser cela sans trop de difficulté, même si ce n’est pas du premier coup.

Dans la vie normale, il nous arrive souvent d’être concentré sur des paroles, tout en l’étant sur des images. C’est le même principe.

La flamme comme contrôleur

Normalement, l’image de la flamme va s’estomper légèrement lorsque votre attention va se porter sur votre respiration.

Au début, votre attention fera probablement l’aller-retour entre la flamme et votre respiration. Ce qu’il faut arriver à obtenir, c’est une attention sur les deux objets : l’image de la flamme et la sensation de votre respiration.

Il vous faudra sans doute plusieurs séances, soyez persévérant.

Dans cette méditation, privilégiez l’image mentale de la flamme, la respiration doit être calme et profonde de par l’état méditatif lui-même.

Si votre méditation de la flamme est bonne,

il va venir un moment où vous prendrez conscience de votre respiration tout en ayant une image nette de la flamme.

Ceci sera possible si vous cessez tout dialogue intérieur, si aucune pensée parasite ne vient vous perturber.

Ces qualités données notamment par la pratique de la marche de l’instantanéité. En vivant l’instant présent, votre conscience s’ouvre, la clarté augmente, votre conscience s’épanouit.

Persévérez, une tension plus grande est nécessaire pour commencer à avoir des résultats en concentration ouverte, un peu comme un moteur qu’il faudrait lancer avant de trouver un régime plus lent et régulier.

Un premier pas vers de nouvelles possibilités

Au début, vos réussites ne devraient pas dépasser 3 à 5 secondes. puis, avec de la pratique, 20 à 30 secondes, jusqu’à maintenir cet état durant toute la durée de votre séance.

Vous devriez sentir immédiatement quand vous y arrivez, ce n’est pas un aller-retour entre respiration et flamme, ce sont les deux simultanément.

Terminez vos séances comme d’habitude, par une dédicace, puis un moment de calme où vous ferez un rapide bilan de votre séance.

Certains éprouveront des difficultés au début,

mais tout le monde peut y arriver.

Ce type de méditation est la porte d’entrée d’un nouveau monde, il va vous permettre de conquérir des pouvoirs que vous n’imaginez pas.

Votre attention sera sous votre contrôle, vous pourrez décider d’être totalement concentré sur une tâche sans être perturbé par votre environnement.

Ou bien vous pourrez intégrer ce qui se passe autour de vous sans perte d’efficacité sur votre tâche principale.

Et ensuite ?..

L’ouverture, pourra nous permettre d’obtenir des images mentales d’une netteté inaccessible à l’œil.
Certains maîtres peuvent obtenir l’image mentale d’un tapis, en voyant tous les poils, toutes les trames.

Sans aller jusque là, sur la base de cette méditation, nous pratiquerons des types d’activités qui permettront de créer une image mentale adaptée à ce que nous faisons en sélectionnant les perceptions qui viendront l’enrichir automatiquement.

Beaucoup de mécanismes jusque là inconscients, seront maîtrisés pour devenir des outils performants de notre esprit.

tapis tibétain, concentration ouverte

Nous verrons ces activités dans de prochains articles, pour le moment, entraînez-vous, nous viendrons enrichir et diversifier notre méditation.

À très bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 − neuf =