Mandala

Le moi surnaturel

La communication indirecte avec ses ressources cachées.

Nous avons déjà vu à travers plusieurs articles, que la réalité extérieure créait dans notre esprit une image interprétée, la plus proche et utile possible pour nous permettre d’interagir avec le monde.

Cette perception filtrée de la réalité peut être améliorée par la pratique de l’attention constante en vivant en pleine conscience l’instant présent.

Elle peut être dégradée par la prise d’alcool, de drogues ou par la maladie physique ou mentale.

Mais que dire de certaines perceptions fausses qui reflètent pourtant une réalité à laquelle nos sens n’auraient pas accès autrement ?

Percevoir indirectement

La science et la technique nous permettent de percevoir des choses imperceptibles à nos sens.

Parce que ces choses sont éloignées de nous par le temps ou la distance, les enregistrements ou les moyens de communication nous permettent d’entendre la voix de gens disparus depuis longtemps, ou de parler par téléphone à des amis situés à des centaines de kilomètres de nous.

Il y a aussi des phénomènes que nous ne pourrons jamais percevoir directement.

Par exemple, nous ne voyons pas les ultraviolets comme les abeilles peuvent le faire.

Pour y parvenir, nous savons développer des appareils et des caméras spéciales qui vont traduire les image ultraviolettes en images en fausses couleurs qui nous seront visibles.

C’est une façon de percevoir indirectement un phénomène qui nous est normalement inaccessible.

Encore plus fort : la recherche d’exoplanètes.

Nos meilleurs télescopes sont incapables de voir une planète rocheuse située au delà de notre système solaire.

Pourtant, on en découvre régulièrement et une bonne centaine sont aujourd’hui répertoriées.

Comment fait-on ?

De façon totalement indirecte : on observe les étoiles, qui sont aussi des soleils, et on regarde si leur position est périodiquement perturbée, comme l’est notre soleil par la rotation des planètes autour de lui.

Cette infime variation est observable même si les planètes ne le sont pas, mais elle permet de calculer le nombre et la masse des planètes en orbite.

Tout cela est développé grâce à notre inventivité et tout le monde peut en profiter.

Mais il y a des phénomènes inexplicables qui

s’imposent à nous alors qu’ils sont situés en dehors de nos possibilités de perception.

Dans certains cas, nos capacités de perception sont très éloignées des phénomènes réels mais nous pouvons quand même en prendre conscience.

Planète inconnue

L’intuition

Parfois, cela s’exprime comme de l’intuition.

On sait quelle réponse est juste sans pouvoir dire comment, ou bien on a un sens de l’orientation tel qu’on est capable de retrouver quelque chose ou quelqu’un sans aucun repère, dans le bleu d’une plongée sous-marine ou l’obscurité nocturne d’une forêt.

Aucun sens physique ne pouvait nous renseigner, mais la perception mentale est claire et indiscutable. Sans être capable de l’expliquer.

Ou bien, les sens physiques ont décodé tout un ensemble de signaux à peine perceptibles, sans signification individuelle parce que l’on a pas été éduqué pour les interpréter et notre instinct, nos capacités innées vont en faire un tout et les

remonter vers le conscient en une intuition voire une certitude.

Tel homme me ment, tel autre a peur, il ne faut pas passer par là, il faut fuir cet endroit à cause d’un danger imminent.

L’intuition est une perception mentale qui apporte des tendances ou des certitudes à partir de sources non identifiables.

Ce ne sont pas forcément des perceptions indirectes puisqu’elle puise dans d’infimes signaux perçus, mais elle peut aussi être une façon de percevoir mentalement des choses totalement imperceptibles aux sens physiques.

Les perceptions indirectes

Mais il y a encore plus fort, certains phénomènes peuvent être perçus clairement, comme par les sens physiques, sans possibilité de faire la différence avec une perception réelle directe.

Certaines personnes vont voir dans les flammes d’un incendie un parent, un ami, un inconnu voire un animal qui va les guider vers la sortie et leur sauver la vie.

On se rendra compte après cela qu’il n’y avait personne d’autre, pourtant, sans cette présence imaginaire, la personne ne s’en serait pas sortie.

Elle sera prête à jurer de la présence réelle de cette vision.

Le marin de Concarneau

À Concarneau, il y a plus d’un siècle en Bretagne, un navire de pêche a fait naufrage très au large des côtes en pleine tempête. Un seul marin a survécu.

Il a réussi à rejoindre la côte à la nage, ce qui représente un exploit dont on a qu’une faible idée à notre époque ou presque tout le monde sait nager.

En allant visiter les remparts de Concarneau, si on prend l’audio guide, on a l’enregistrement du témoignage de ce marin, interrogé il y a une trentaine d’années, alors qu’il était très vieux.
Le souvenir de cet épisode de sa vie était intact.

Il s’était senti comme pris par les épaules et soulevé au dessus de la surface de l’eau pour arriver à nager continuellement, sans ressentir

de fatigue, sans y voir mais en sachant que c’était la bonne direction.

Il décrivait cela avec une peur encore vive, et avouait qu’il en était terrorisé.

Personne à son époque n’a pu expliquer comment il avait réussi cet exploit, nagé aussi longtemps, sans repère, dans une mer démontée et si froide.

Ce marin, a été sauvé par cette perception qui a su trouver des forces allant au delà de ses possibilités normales.

Nous ne nous attacherons pas dans cet article à faire des conjectures sur ce qui a vraiment aidé ce marin, s’il s’agissait de ses propres ressources hors du commun, ou d’une force extérieure.

Le marin miraculé de Concarneau

L’irréel dans le réel

Beaucoup de phénomènes du même type se produisent

Parfois, il s’agit de cas spectaculaires comme ceux que j’ai évoqués, parfois il s’agit de petites choses presque insignifiantes, et du même coup, elles passent inaperçues, comme des événements ordinaires bien qu’irréels s’insérant dans la vie de tous les jours et souvent vite oubliés ou rationalisés.

Certaines personnes, vont expérimenter cela une fois dans leur vie, d’autres vont y être confrontées régulièrement.

Beaucoup ne comprendront pas ces phénomènes et les intégrerons comme étant normaux, puisqu’ils se produisent d’une façon apparemment normale à travers des perceptions qui semblent ordinaires, sauf quand la situation devient extraordinaire.

Le monde magique des chamans

D’autres personnes, connaissant mieux leur esprit, vont tout de suite détecter l’aspect irréel de l’expérience, et, sans la rejeter, vont être particulièrement attentifs à la signification.

C’est le cas notamment des chamans, pour lesquels tout l’environnement est un livre ouvert sur un monde de pouvoirs et d’interactions dont les autres n’ont pas conscience.

Nous parlons ici de vrai chamans ou voyants, ou de maîtres ayant développé ces facultés et connaissances.

Il est vrai qu’il y a malheureusement beaucoup plus de charlatans que de vrais voyants.

Les chamans sauront bien sûr faire la différence

entre une perception réelle et une autre irréelle, signal d’un phénomène non perceptible autrement.

Mais ils pourront aller plus loin, en utilisant leur intuition pour interpréter des phénomènes réels, perçus normalement comme étant reliés à des significations d’autres phénomènes non-perceptibles.

Ils évoluent ainsi constamment dans un monde “magique”.

Accompagnons le chaman

Par exemple, lors d’un déplacement, le chaman va ressentir le besoin de faire un détour.

Il va donc passer par un chemin plus long, plus difficile et apparemment sans intérêt.
Mais sur ce chemin, il va voir quelque chose qui aura une signification pour lui. Cela pourra être le passage d’animaux, une pierre récemment retournée formant une figure particulière, ou d’autres choses du même genre.

Si nous accompagnons ce chaman, nous pourrons constater l’existence de ces éléments, et cela n’aura aucune signification pour nous.

Mais la façon dont le chaman a détourné ses pas, son cheminement intellectuel pendant le parcours du nouveau chemin, et ses perceptions mentales instinctives qui se sont succédées vont lui donner une signification claire et extra-
ordinaire des phénomènes ordinaires que tout le

monde peut constater à cet endroit précis.

Il s’agit pour ce chaman de toute une chaine d’actions et de perceptions indirectes, liées à sa connaissance de son propre esprit et de son expérience de perceptions identiques.

Cela va aboutir pour lui à une certitude qui nous semblera farfelue, avec des conclusions ridicules.

Parce qu’il a vu un nid de faucon sur un rocher en forme de loup, il me dit qu’il va arriver cela ? Ridicule !

En plus, si on était arrivé par l’autre côté, le rocher n’aurait pas la forme d’un loup mais d’un crapaud !

Pourtant, très souvent, les prédictions du chaman se réalisent.
Un coup de chance ?

Interprétation des rêves

Cette capacité à interpréter les phénomènes rigides de la réalité, se retrouve libéré quand il s’agit de rêves.

Les chaman et d’autres voyants, peuvent diriger et interpréter les rêves par les même méthodes, sauf que le rêve est totalement illusoire, et donc plus facile à utiliser puisqu’il faudra peu d’énergie pour obtenir une vision en relation avec un phénomène non-perceptible,

contrairement à l’état éveillé.

La difficulté vient justement de l’état altéré de la conscience du rêveur, et il est difficile de déterminer ce qui est dû à une manifestation extérieure ou de ce qui est dû au rêve ordinaire.

Certaines traditions chamaniques utilisent pour cela des drogues pour produire un état de conscience altéré qui ne soit pas le rêve.

Les outils matériels

Finissons sur les personnes capables de ressentir des phénomènes non perceptibles et qui on trouvé un moyen de communiquer avec eux par un canal matériel concret et identifiable.

C’est le cas des sourciers et des radiesthésistes.

Ancrer l’indéfinissable dans le concret

La perception va se faire par l’action involontaire sur une baguette de bois ou sur la rotation d’un pendule.

Certaines de ces personnes ont conscience d’agir physiquement sur leur instrument, d’autres auront l’impression que l’instrument réagit seul.

Le pendule

Quoiqu’il en soit, il s’agit d’un instrument servant d’intermédiaire. Un peu comme le télescope, la caméra infrarouge ou ultraviolette.

Sauf que ce qui est perçu reste personnel au sourcier et que les explications données sont souvent fantaisistes pour un scientifique, à juste titre d’ailleurs.

Cela fait partie pour le radiesthésiste ou le sourcier d’une pseudo-explication, reproductible, permettant de rationaliser le phénomène et donc pour lui, de l’ancrer dans le concret.

Ces explications possèdent donc une logique propre, parfois éloignée de réalité scientifique, mais elles sont nécessaires pour ces pratiquants qui doivent ancrer leurs perceptions dans le réel avec des outils matériels.

Dans le cas de sourciers par exemple, la partie instinctive de leur esprit va réagir à des perceptions subtiles et innées : aspect du terrain, humidité de l’air, vibrations du sol, et d’autres choses inconscientes qui vont se concrétiser par l’action sur la baguette de coudrier.

Le radiesthésiste va pouvoir agir sur davantage de domaines en variant la façon d’utiliser le pendule ou en utilisant différents pendules.

Retour à la méditation

Nous avons presque fait le tour des perceptions indirectes. Il en existe d’autres, plus troublantes dont les manifestations peuvent être perçues par plusieurs personnes, mais je ne les aborderais pas ici.

Ce site est avant tout un espace de développement de nos capacités personnelles.

La pratique de la méditation va nous permettre de mieux contrôler notre esprit, et surtout de mieux le connaître.

Certains méditants, au bout d’un certain temps de pratique, sont parfois déstabilisés ou effrayés par l’apparition d’illusions ou de sensations

étranges et inexplicables.

C’est bon signe en ce qui concerne la progression, mais cela peut être inquiétant.

Ceci vient de la capacité naissante d’identifier ce qui est perçu réellement par les sens physiques et ce qui ne l’est que par le mental.

De plus, une sensibilité à des phénomènes intérieurs se développe rapidement avec la pratique de la méditation, si celle-ci est une vraie pratique ; pas un moment de repos où on laisse simplement l’esprit vagabonder, comme on le voit hélas dans tant de livres ou de sites à la mode.

Changer de rythme

Si trop de ces phénomènes se produisent et provoquent une angoisse, je vous conseille d’aller voir un maître de méditation pour continuer, et de faire une pause en vous cantonnant à des pratiques simples de pleine conscience et de concentration sur la respiration.

Je développerais dans des articles à venir, comment utiliser certaines de ces perceptions indirectes, et comment agir à notre tour sur certains de ces phénomènes cachés.

A bientôt…

Dessins et infographies de Pascal Bonnerue, reproduction possible après accord de l’auteur, mention de son nom et lien vers le site.

4 commentaires pour Le moi surnaturel

  1. Julien a dit :

    Je suis moi-même agnostique pourtant, trop de questions restent sans réponse alors le postmoderniste en moi tente en vain de trouver des réponses, il faut admettre que nous ne savons pas tout dans ce monde, il existe des choses qui nous échappent, comme l’instinct bestial, l’intuition, ou l’appel du sang. Peut-être que l’explication relève du surnaturel.

    • Pascal Bonnerue a dit :

      Il faut rester ouvert, être agnostique c’est ne fermer aucune porte, faire le pari de Pascal (Blaise).
      Le surnaturel n’est que du naturel ne disposant pas encore d’une explication rationnelle et universelle. Ce n’est pas pour cela qu’il ne faut pas l’étudier et l’expérimenter.
      Merci à toi Julien.

  2. Musashi a dit :

    Incroyable cet article, je fini vraiment par voir les choses autrement et à comprendre beaucoup de choses.
    Cela m’a vraiment fait un choc et je l’ai relu plusieurs fois.

    J’ai deux questions à te poser :
    – Je suis des enseignements et on parle souvent du karma. Mais voilà, le karma je ne comprend pas vraiment ce que c’est car j’ai l’impression que tout le monde en a une version différente, et mon Maître lui-même dit qu’il faut être un Bouddha pour comprendre complètement ce que c’est.
    OK, dans le principe, j’ai compris que c’est entre le destin et la récompense ou punition en fonction de ses bonnes et mauvaises actions. Cela ressemble beaucoup à ce qu’on voit dans le christianisme finalement. Cela voudrai dire qu’il y a un Dieu ? Merci d’éclairer un peu ma lanterne.

    – Question plus personnelle : ton dernier article date du 17 septembre et je n’ai rien vu de nouveau depuis. J’espère sincèrement que tu vas continuer ton site, je l’ai fait connaître autour de moi et je le trouve super pour la qualité des articles et la profondeur de ta réflexion. C’est vrai qu’il faut parfois (souvent 🙂 ) s’accrocher avec certains sujets pas faciles, mais en relisant tranquillement tout est limpide.

    Voilà, j’espère lire bientôt tes prochains articles et un jour pouvoir discuter avec toi si je passe sur Paris.

    • Pascal Bonnerue a dit :

      Merci pour ton commentaire Musashi.

      Le karma est effectivement quelque chose de complexe parce que sous ce seul mot se cache plusieurs significations qui sont liées.
      Ainsi, quand on parle de Karma, on parle d’action, de loi de causalité, de résultats de ces actions et des empreintes laissées sur l’esprit de celui qui a fait l’action.
      On regroupe toutes ces choses sous le concept de Karma.
      En fait, j’avais commencé à écrire une série d’articles sur le Karma, mais j’hésitais à la mettre sur le site car ces notions sont très liées aux religions Bouddhistes et Hindoues.
      J’en aurais probablement fait un livre pour récompenser mes adhérents.
      Mais c’est vrai que tout le monde en parle y compris des agnostiques ou des croyants d’autres religions ou de mouvements spirituels.
      Je vais donc commencer dès que possible plusieurs articles sur ce sujet, en les entrecoupant d’autres articles sur la méditation. Le but étant d’essayer d’en donner une idée claire, simple mais surtout qui ne soit pas fausse. C’est une gageure si on prend le parti de ne pas faire un ouvrage religieux.

      En ce qui concerne mon silence, il est dû à une surcharge de travail telle que je n’ai pas trouvé le temps de publier. J’écris pendant les temps de transport pour gagner du temps mais je tiens à ce que la mise en page soit soignée, que les pages soient imprimables et c’est plus long que de simplement jeter mes articles dans le site.
      Il faut quand même que je trouve un moyen d’automatiser un peu cette partie pour me libérer du temps.

      Quand à se voir, ce sera avec plaisir, n’hésite pas à envoyer un mail quand tu passeras, on essaiera de se voir à cette occasion.
      Bonne méditation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 − 18 =