Mandala

Sommeil et méditation

Souvent, des élèves m’ont demandé si la méditation pouvait remplacer le sommeil car il se sentaient tout à fait reposés après une séance.

La méditation ne remplace pas le sommeil.
C’est vrai que la détente physique est importante et que l’esprit est reposé et, si la méditation a été bien menée, il est plus clair aussi.

Mais il se passe des phénomènes pendant le sommeil qui ne peuvent être remplacés par la méditation.

Pour les insomniaques, la méditation est tout de même une aide véritable, car dans leur cas, les bienfaits obtenus par la pratique méditative vont compenser les bienfaits équivalents qu’ils auraient dû obtenir en dormant.

De plus, la pratique méditative va permettre d’obtenir un endormissement plus facile et un sommeil de meilleure qualité.

La pratique régulière de la méditation peut donc guérir en partie, voire complètement beaucoup d’insomniaques. Bien sûr cela dépend aussi des causes de l’insomnie qui peuvent être liées à des pathologies particulières. Dans tous les cas, toutefois, il y aura une amélioration.

Mais comme je l’ai dit, tous les bienfaits d’une bonne nuit de sommeil ne peuvent être remplacés par la seule et unique méditation.

Causes et remèdes

Cet article, est en deux parties. dans la première, nous allons voir les principales causes qui peuvent vous empêcher de dormir, et des remèdes qu’il faut leur appliquer.

Je ne traiterai pas des insomnies pathologiques ou chroniques, qui doivent être traitées par d’autre moyens, et qui dépassent mes compétences. Mais même les insomniaques pourront tirer parti de la deuxième partie de cet article où je vous donnerai une méthode basée sur une méditation spécifique destinée à faciliter l’endormissement.

Avant tout, voyons ce qui peut naturellement s’opposer à l’endormissement. Il y a 4 principales raisons, 2 sont mentales, 2 sont physiques.

  1. les préoccupations
  2. l’excitation mentale
  3. l’excitation physique
  4. la douleur
Dormir comme un chat

Les préoccupations

Lorsqu’on est préoccupé, c’est souvent que l’on se sent victime de la situation, impuissant à la résoudre.

C’est parfois à juste titre, quand on s’inquiète pour un proche par exemple.

Parfois, c’est parce qu’on subit une situation qui va nous obliger à faire des choix qu’on ne désire pas ou prendre une direction qu’on n’arrive pas à entrevoir.

On peut être à l’origine du problème et avoir du mal à le supporter, ou bien être réellement une victime.

Avant d’aller vous coucher, laissez tous vos problèmes derrière vous.

Facile à dire bien sûr, mais considérez que plus vous manquerez de sommeil et plus vous serez fatigué ; et plus vous serez fatigué, moins vous aurez les moyens de résoudre vos problèmes.

Un Maître indien, Atisha, avait dit : « Si vous pouvez agir pour résoudre un problème, alors faites-le. Si vous ne pouvez rien pour le résoudre, alors il est inutile de s’y attarder. »

Même si vous êtes victime d’une situation, préparez un plan qui vous permettra de vous protéger, de sauver ce qui peut l’être et d’échapper à cette situation. Votre plan ne sera pas parfait, trop d’inconnues risquent de le remettre en cause, qu’importe, vous vous adapterez quand la situation évoluera.

L’essentiel est d’avoir enfin une direction pour agir, d’en prendre conscience, et de se dire qu’il vous faut de l’énergie pour mettre en œuvre vos plans. Pour cela, le sommeil est indispensable.

La méditation, si elle est réussie, va vous permettre de prendre le recul nécessaire, et de calmer vos émotions. Votre esprit sera plus calme et efficace.

L’excitation mentale

Il s’agit d’un emballement émotionnel.

Cette excitation peut être due à plusieurs facteurs, positifs ou négatifs.

Par exemple :

  • L’impatience de faire ou d’obtenir quelque chose.
  • Une joie trop forte.
  • Un sujet ou un problème qui vous passionnent.
  • Un ressentiment profond envers quelqu’un qui vous a fait du tort, et l’envie de vous venger.
  • Une forte déception.

Il ne s’agit pas de préoccupation, je fais une différence entre les deux qui repose sur l’objet qui nous perturbe.
Dans le cas de l’excitation, cet objet n’est plus un problème à résoudre ou à surmonter.

Commencez par une méditation sur la respiration, n’oubliez pas la phase préparatoire, surtout si les causes sont négatives.

Sans aller jusqu’à souhaiter le bien de vos ennemis, vous n’êtes pas un saint, considérez que votre force mentale est supérieure à la leur et faites entrer dans votre motivation le souhait de renforcer votre esprit pour être invulnérable aux attaques.

Si les causes sont positives, vous devez pouvoir souhaiter la même sensation de bonheur aux autres.

Si c’est un sujet de réflexion passionnant, remettez à demain, mais en vous réservant un moment précis de la journée où vous aurez la

liberté de vous y consacrer totalement.

Puis dites-vous que vous allez dormir pour consacrer toutes vos faculté intellectuelles au sujet en question.

N’oubliez pas non plus la dédicace, qui ne doit pas être négative.

Ne souhaitez pas à vos ennemis de souffrir où de se rendre compte du mal qu’ils font car vous redémarreriez une séquence imaginaire qui vous perturberait à nouveau.

Au pire, dédicacez votre pratique à l’obtention de la force mentale nécessaire pour être inatteignable par vos adversaires, et avoir ainsi de meilleures capacités de réagir.

L’excitation physique.

Je ne parle pas ici de sexe, sinon la solution serait toute trouvée.
Je parle d’un niveau d’énergie physique trop grand pour permettre l’endormissement.

Cela peut être dû à plusieurs causes, par exemple :

  • l’abus de substances excitantes.
  • un repas trop copieux.
  • avoir fait du sport.
  • Ne pas être fatigué parce que vous êtes déjà reposé.

On voit que l’excitation physique est passagère, il s’agit d’empêchements ponctuels à l’endormissement. Cela est rarement chronique.

Au chapitre des excitants, on connaît le café et le thé.

Moins connu, le chocolat pris le soir vous fera le même effet. Le pire étant la fondue au chocolat, vous alliez des fruits et du chocolat, le café est une douce tisane à côté de ce dessert délicieux.

Dans tous ces cas, l’endormissement sera difficile. Quelques conseils peuvent vous aider :
Faites une promenade d’une vingtaine de minutes.

Faites une courte méditation sur la respiration, cinq à dix minutes, pour détendre le corps et l’esprit.

Prenez une boisson chaude non excitante, un verre de lait chaud si vous le digérez et que la cause n’est pas un repas trop copieux.

Si vous avez fait du sport, la douche est

indispensable, et on dort mieux en étant propre, mais la douche a tendance à réveiller.

Finissez par de l’eau chaude le long de la colonne vertébrale. Et massez-vous en utilisant un lait corporel qui vous hydratera.

Je sais que ce conseil est toujours pris à la dérision par les hommes, mais le bien-être physique n’est pas réservé aux femmes.

Prenez un lait sans odeur, ou avec une odeur très discrète et agréable pour vous.

Enfin, si vous êtes déjà reposé, allongez la séance de méditation.

Couchez-vous et dormez. Si cela ne suffit pas, la deuxième partie de cet article qui sera publié quelques jours après celui-ci abordera une technique méditative d’endormissement.

La douleur

Peu de choses peuvent être faites dans ce cas.

Prenez des anti-douleurs si ce n’est pas déjà fait, en protégeant votre estomac.

Prenez un bain ou une douche. Et massez-vous comme au chapitre précédent.

S’il s’agit de douleurs articulaires, ou de douleur

sur un membre, placez une poche glacée sur le point douloureux en intercalant un linge.

Essayez d’augmenter votre confort physique.

Couchez-vous et faites une méditation sur la respiration en étant allongé, puis passez à la deuxième partie de cet article qui va paraître quelques jours après celui-ci.

Dans la suite de cet article que je mettrai en ligne dans quelques jours, nous allons voir une méthode d’endormissement basée sur la méditation.
À très bientôt.

7 commentaires pour Sommeil et méditation

  1. Michel a dit :

    Bonjour Pascal
    et merci pour ta réponse, je vais essayer ça dès ce soir ça me convient mieux, de ressentir les sensations sous le nombril et à la gorge … quand je médite en position assise j’arrive même à y ressentir depuis peu de temps, ma respiration qui irrigue ces zones de mon corps.

  2. Michel a dit :

    Bonjour Pascal cherchant également des articles sur les bienfaits de la méditation sur le sommeil, le mien en particulier… je suis tombé sur ton article, fort bien fait

    y a t’il eu la suite que tu annonçais?
    je vais parcourir ton blog
    amitiés
    Michel

    • Pascal Bonnerue a dit :

      Merci Michel.
      Il y a bien une suite concernant une méthode d’endormissement rapide.
      Technique d’endormissement.
      Le blog continue de vivre, à un rythme plus lent car j’exerce maintenant dans mon propre cabinet à Paris et maintiens mon site professionnel. J’y enseigne la méditation et y pratique le massage énergétique qui combine massage et méditation induite.
      Dans tous les cas, je réponds à toutes les questions sur ce site comme sur l’autre.
      Amitiés.

      • Michel a dit :

        Merci Pascal, je vais essayer cette méditation , quoique visualiser de la lumière ou autre chose…je n’ai jamais été doué pour ça , dans les méditation samatha je prefere me concentrer sur ma respiration plutôt que visualiser le Bouddha,
        sinon dois je faire aussi cette méditation à chaque fois que je me réveille la nuit, soit plusieurs fois chaque nuit avec de la peine à me rendormir?

        amicalement

      • Pascal Bonnerue a dit :

        Ces visualisations entraînent une modification de la conscience et sont utiles pour se mettre dans un état favorisant le passage au sommeil.
        Si tu te réveilles durant la nuit, malgré le réveil, ta conscience reste dans un état favorable au sommeil, sauf si ce qui te réveille est trop perturbant et que tu te sentes prêt à sauter du lit, dans ce cas il faut se lever, boire un peu d’eau et attendre la prochaine phase de sommeil ou cesser de dormir si la perturbation est trop forte pour permettre de retourner dormir (dans les cas de stress intense par exemple).
        Donc durant la nuit, en phase de réveil, inutile de reprendre cette méditation avec visualisations. C’est un problème d’équilibre énergétique et il faut faire redescendre l’activité du corps physique. Pour cela, l’état d’esprit aide beaucoup. Prends juste conscience que tu es sorti du sommeil sans en éprouver ni colère ni angoisse, mais plutôt un calme bienfaisant comme si tu ne faisais que jeter un coup d’œil passager à l’état d’éveil et que tout allait bien avant de replonger dans ton sommeil. Soupire profondément et laisse aller ta respiration au calme en reprenant les conseils de départ de l’article : être lourd et inamovible comme un sac de grain tombé sur le sol, vérifier rapidement qu’il n’y a plus d’énergie dans tes membres, comme si ton corps, lui, continuait de dormir. Ne t’attarde sur aucune pensée et ne cherche pas à chasser celles-ci. Parmi elles, se trouvent les premiers chemins du prochain rêve.

        Concernant la visualisation, beaucoup de personnes éprouvent des difficultés à « voir » des choses évoquées par l’esprit. Pour la méditation, ce n’est pas forcément un frein, il faut seulement changer de méthode. Ce n’est pas facile à expliquer par écrit, mais j’essaierais d’en faire un article.
        Pour ton cas, à la place de la lumière, imagine ressentir physiquement la pression et la chaleur correspondant aux lumières décrites. Le chakra sous le nombril se ressent comme si une sphère était posée sur la peau et tu devrait pouvoir en ressentir la pression. Le chakra de la gorge diffuse plutôt une chaleur douce et une vibration très subtile qui s’étend vers l’extérieur. C’est un peu la sensation qui reste lorsque tu as crié.

        Comme je l’ai mis dans l’article, ces méditations sont généralement abordées à des niveaux de pratique plus avancés, mais dans cette application de sommeil, elles restent accessibles et sans danger pour le pratiquant puisque la torpeur n’est plus un problème et l’échec est sans danger dans ce cas. Aucune pratique décrite dans ce blog n’est risquée. Pour les pratiques avancées de méditation, ma présence est indispensable dans un cours ou un enseignement.

        Enfin, plus prosaïquement, pour tous ceux qui éprouvent des difficultés à s’endormir, j’ai oublié (volontairement) de mentionner la douche froide. Cela peut sembler contre-intuitif et il faut s’y habituer progressivement, mais une douche froide avant d’aller se coucher calme l’ensemble des énergies, provoque une thermogenèse qui consomme de l’énergie et accentue la fatigue, tout en augmentant le bien-être du coucher. Il s’agit davantage d’une technique physique que méditative, mais pour tous ceux qui ont du mal à s’endormir, toutes les bonnes méthodes méritent d’être évoquées.

        Amitiés.

  3. Toto a dit :

    Bonjour,

    Alors la suite, ça fait deux ans qu’on attends!! En attendant on a mal et on peut pas dormir! Et les antidouleur, ça finit par faire mal au ventre!

    • Pascal Bonnerue a dit :

      Bonjour Toto, et merci pour votre petit coup de gueule qui me fait plaisir.
      Vous n’êtes pas le seul à réclamer de nouveaux articles.
      Il faut savoir que je suis passé par une période difficile dont je suis encore en convalescence.
      Mais ma santé s’améliore lentement et j’ai quelques engagements à finir avant de retrouver du temps « serein » pour continuer le site.
      Comme vous pouvez le voir, je reste présent quand même, réponds aux questions posées, et mets à jour les versions logicielles tout en protégeant le site des diverses attaques pirates.
      Donc, si tout se passe bien, et à priori ce devrait être le cas, je reprendrais la rédaction de mes articles en juin, dans peu de temps donc.
      Alors encore un tout petit peu de patience et je vous dis pour de bon :
      A très bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × cinq =